Toxiques pour tout le vivant, utilisés sur 80% des terres agricoles, les pesticides SDHIs Inhibent une enzyme : la Succinate DésHydrogénase

SDHIs en images

Les SDHIs sont reconnus comme hautement toxiques

Il faut s’équiper comme des cosmonautes pour les utiliser

Mais les SDHIs sont répandus généreusement dans la nature

Pour certains un contact direct entraîne la mort (vers de terre, poissons)

Une imprégnation lente cause la mort des abeilles et des tumeurs chez les rongeurs

On en retrouve dans la nourriture, les boissons et les cheveux

Mais le marché financier des SDHIs est florissant et en pleine expansion

SDHIs : Questions Réponses 

ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

          Au laboratoire… et en magasin

      J’empoisonne… et je soigne

ALLER PLUS LOIN

 

Toute l’histoire

Le déroulé des faits

La chronologie factuelle depuis le lancement de l’alerte, dans un premier temps aux autorités sanitaires (ANSES ; Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail), puis, devant leur inertie, dans la presse nationale (journal Libération)

Du côté de L’ANSES

L’accès à une partie des documents générés par l’ANSES concernant les SDHIs et les réponses circonstanciées apportées lorsque la nécessité nous est apparue de le faire

Du côté des assemblées

Vous trouverez-ici des références aux questions concernant les SDHIs soulevées par des élu(e)s suite à notre alerte, les réponses des autorités ainsi qu’une mention des réunions auxquelles nous avons été amené(e)s à participer à propos des SDHIs

Le coin des sciences

Les bases

Une brève présentation du mécanisme par lequel les SDHIs agissent et la raison de leur toxicité pour tout le monde vivant

Articles de recherche (anglais/français)

Les données scientifiques, sous forme de liens ou directement d’articles, rapportant les conséquences d’une inhibition de la SDH chez l’homme, chez l’animal et illustrant le danger représenté par les pesticides mitochondriotoxiques du type SDHIs

l'étranger

Une rubrique faisant référence aux quelques échos reçus de l’étranger concernant l’usage des SDHIs

ET NOUS qui sommes-nous ?

Les scientifiques à l’origine de l’appel concernant les dangers représentés par les SDHIs (paru en Avril 2018 dans le journal Libération), Paule Bénit, PhD (Ingénieure de Recherches IR2 INSERM ; Institut national pour la santé et la recherche médicale) et Pierre Rustin, PhD (Directeur de Recherches CE Emérite au CNRS ; Centre National de la Recherche Scientifique), membres de l’Equipe Physiopathologie et Thérapie des Maladies Mitochondriales, de l’Unité Mixte de Recherches INSERM UMR 1141 (localisée à l’hôpital Robert Debré dans le XIX° arrondissement à Paris), dirigée par Pierre Gressens, directeur de recherche à l’INSERM et professeur de neurologie fœtale et néonatale au King’s College à Londres

L’alerte initiale

Membres du CNRS (Malgorzata Rak, PhD, Chargée de Recherches CR1, UMR 1141), de l’INSERM (Judith Favier, PhD, Directrice de Recherches DR2, UMR970 Cancérologie, Hôpital Européen Georges-Pompidou ; Dominique Chrétien, PhD, Ingénieur de Recherches IR2, UMR 1141) ; de l’AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris ; Anne-Paule Gimenez-Roqueplo, MD, PhD, Professeure, Cancérologie, Hôpital Européen Georges-Pompidou ; UMR970 ; Manuel Schiff, MD, PhD,  Maître de Conférence des Universités, Praticien Hospitalier ; UMR 1141) se sont joins parmi d’autres à l’appel initial soulignant les dangers d’utiliser des SDHIs et demandant la suspension de leur utilisation en application du principe de précaution

contact

Vous souhaitez exprimer votre soutien ou/et être informé(e) des projets et avancées

Contact

12 + 9 =

Nous remercions David Pavlowsky pour son aide dans la réalisation du site, Jorge Gallego pour ses relectures, Jürgen-Christoph von Kleist-Retzow, Malgorzata Rak, Céline Xiang Li, Alessia Catania, Amazigh Mokhtari, et Robert Lightowlers pour les traductions, Nicole Pavlowsky pour ses dessins et Jackie Duret pour ses photos